Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > DES PRODUCTEURS D'ABSINTHE OBTIENNENT LE LABEL D'INDICATION GEOGRAPHIQUE PROTEGEE

DES PRODUCTEURS D'ABSINTHE OBTIENNENT LE LABEL D'INDICATION GEOGRAPHIQUE PROTEGEE

Le 28 août 2019
Après avoir été considérée au XIXème siècle comme une boisson quasi mythique, l'absinthe alors surnommée "la fée verte", a inversement subi ensuite une véritable diabolisation au point de se voir interdite en 1915.

La critique officiellement avancée pour interdire l'absinthe était que celle-ci contient une molécule appelée thuyone qui rendrait fou.

Depuis cent ans, la question a été débattue et certains spécialistes ont pu démontrer qu'au moins en limitant la dose de cette molécule, l'absinthe devenait totalement inoffensive et pouvait ainsi se hisser au rang des boissons spiritueuses les plus fameuses.

L'Europe semble avoir entendu ces partisans de l'absinthe puisque dans le courant de ce mois d'Août 2019, des producteurs et distillateurs français de la région de Pontarlier dans le Doubs, viennent d'obtenir le label d'Indication Géographique Protégée, devenant ainsi la 239 ème boisson spiritueuse à en bénéficier.

I DU SUCCES DE L'ABSINTHE A SON INTERDICTION :

La fabrication de l'absinthe est née au début du XIXème siècle dans le Jura à Pontarlier et aussi en Suisse dans la région de Couvet, breuvage issu de la distillation d'une variété d'armoise qui est une plante aromatique,

Elle titrait alors à près de 72 ° et se dégustait traditionnellement dans un verre spécial dans lequel pouvait être versés jusqu'à 6, 5 cl de ce nectar, puis de l'eau y était ensuite ajoutée en la faisant couler d'une petite cuillère à trous sur laquelle était posé un morceau de sucre.

Elle connut un vif succès durant de nombreuses décennies et devint même la boisson nationale qui se buvait dans les cabarets entre 17 Heures et 19 Heures le soir à l'heure verte, très prisée des artistes  dont Baudelaire, Rimbaud, Van Gogh entes autres célébrités qui en sont morts.

Car en effet, l'absinthe contient une molécule appelée thuyone, molécule réputée convulsivante voire épileptisante qui provoque des sensations non seulement de désinhibition mais aussi des visions hallucinogènes au même titre que le cannabis qui en contient également.

Consommée à trop fortes doses  et en trop grandes quantités, l'absinthe va faire des ravages au XIXème siècle parmi les couches sociales les plus diverses qui boivent alors beaucoup en France soit en moyenne un litre d'absinthe par an et par habitant ce qui laisse suggérer des excès individuels très importants notamment parmi la classe ouvrière ainsi que le décrit très bien Zola notamment dans l'Assommoir",

Certes, la loi contre l'ivresse publique votée en 1873, était censée devoir mettre un coup d'arrêt à l'ivrognerie trop répandue dans une France en pleine crise de l'industrialisation et dont la population engendrait de fait de mauvais conscrits qui ont été trop rapidement considérés comme étant seuls à l'origine de la déroute contre l'armée prussienne et donc aussi de la perte par la France de l'Alsace Lorraine.

Aussi et en 1915, soit juste avant la bataille de Champagne, le Parlement français va aux termes d'une loi du 17 Mars de la même année,  va interdire purement et simplement la boisson anisée aux reflets verts, ceci au nom de la probité face à l'ennemi.

Beaucoup ont alors considéré qu'il s'agissait là d'un vilain subterfuge, d'un alibi pour faire  plaisir en réalité à de puissants lobby qui se développent alors comme les ligues anti- alcooliques, les mouvances politiques, les grandes maisons de spiritueux et même les groupes de viticulteurs.

La ficelle paraît grosse car effectivement, l'absence de la  "fée verte"  au combat n'empêchera pas de voir couler "le vin du poilu" dans les tranchées, et l'eau de vie de l'intendance servis en abondance sur le front au point que la ration est même doublée en 1916 de sorte que l'année suivante ce ne sont pas moins de douze millions d'hectolitres de vins mouillés, trafiqués ou frelatés qui seront distribués aux soldats pour les aider à affronter l'ennemi et regarder la la mort en face qui les attend.

Toujours est-il que l'absinthe est dès l'année 1915 légalement interdite et qu'elle ne reverra plus officiellement le jour avant des lustres.

II L'ABSINTHE EN VOIE DE REHABILITATION :

Beaucoup de producteurs, d'alcooliers vont combattre cette diabolisation de l'absinthe en s'appuyant sur des études et travaux élaborés par des scientifiques qui vont venir démontrer que les deux récepteurs beta et alpha de la thuyone ne sont pas identiquement nocifs pour le cerveau du consommateur et que seul l'alpha-thuyone peut générer des effets négatifs sur l'homme et encore à dose excessive seulement,

C'est dans ce contexte que la consommation de l'absinthe va commencer à faire son retour en France  en 1988 soit seulement  après soixante dix années de prohibition, à la condition qu'elle présente un taux limité de thuyone  de sorte qu'elle est alors classifiée sous le nom de "spiritueux aux plantes d'absinthe".

Sa consommation sera aux mêmes conditions généralisée dans toute l'Europe dix ans plus tard et la  commercialisation des bouteilles va se développer dans certaines régions de France à compter des années 2000,

Aussi et à défaut de démonstration officielle de la nocivité de l'absinthe ainsi fabriquée, le gouvernement français va faire publier au mois de Mai 2011, un Décret paru au Journal Officiel, autorisant de nouveau l'absinthe dans notre pays à la condition qu'elle ne dépasse pas le taux maximum de 35 mg de thuyone par litre.

Il semble en effet scientifiquement établi qu'en respectant ce dosage, l'absinthe loin d'être un "poison" ne présente strictement aucun danger pour la santé humaine sauf à en consommer des quantités excessives, et constitue même un spiritueux excellent et convivial.

L'Europe vient même de redonner à l'absinthe ses titres de noblesses en accordant dernièrement le label d'Indication Géographique Protégée à un petit périmètre de producteurs de Pontarlier dans le Doubs qui ont donc élaboré un cahier des charges strictes auquel ils doivent se tenir pour la fabrication de notre "fée verte".

C'est à la fois une reconnaissance et un encouragement qui conserve cependant des limites puisque même si la quantité de thuyone reste obligatoirement réduite, certains pays importateurs de spiritueux comme le Japon ou les Etats Unis, interdisent encore quant à eux toute présence de cette molécule dans les alcools.

Maître Dominique BERTRAND, Votre Avocat en Vaucluse à ORANGE, Met ses compétences à votre disposition en matière de droit rural, du vin et de la vigne.

Vous avez besoin de plus
d’informations ?
Contactez-moi

Plan d’accès

5 Place des Frères Mounet 84100 Orange
Voir le plan d’accès